Problèmes de comportement

Comportements gênants

Chien agressif (à la maison ou en balade, avec les autres chiens ou avec les enfants, avec ses maîtres ou avec les visiteurs…), chien qui aboie (lorsque l’on sonne à la porte, en réponse aux mouvements autour de la maison, lorsqu’on le laisse seul, contre les gens ou les autres animaux…), chien destructeur, chien pas propre, chien fugueur, chien phobique, chien agité, chien qui tire sur la laisse, chien qui refuse d’obéir, chat agressif, chat qui fait ses besoins hors de sa litière, chat qui miaule exagérément, chat craintif, sauvage, mésentente et bagarres entre chiens ou entre chats, animal anxieux, peureux, animal apathique, automutilation de l’animal par un léchage trop intensif sur lui-même, tics (par exemple les courses poursuites de l’animal après sa propre queue), grossesse nerveuse, alopécie et autres somatisations, problème d’entente entre chiens et chats… Face à tous ces « troubles » et bien d’autres, il convient de faire appel à un comportementaliste animalier – comportementaliste canin et comportementaliste félin.

Le comportementaliste est la solution appropriée

Trop souvent, face à des « problèmes de comportements » de l’animal familier, des erreurs sont commises au moment du choix du professionnel à appeler. Les professions liées aux animaux familiers ne relèvent pas de la même pratique, elles ont chacune leur rôle et leur domaine d’action. Elles ne sont ni à opposer, ni à hiérarchiser, elles sont complémentaires. Le comportementaliste animalier formé en éthologie, psychologie, communication et autres disciplines complémentaires, dispose des outils nécessaires pour l’établissement d’un diagnostic juste quant aux comportements indésirables des animaux familiers, et pour la mise en place de techniques d’apprentissage et de thérapies comportementales appropriées débouchant sur l’extinction des comportements gênants.

Pourquoi un comportementaliste…

En cas de comportements indésirables, quels qu’ils soient, l’origine du problème, si elle n’est pas liée à une maladie organique, provient de l’environnement de l’animal, de ses relations avec sa famille humaine ou encore de son histoire. Un même comportement gênant n’a pas obligatoirement la même origine. Le praticien appelé pour remédier à un comportement indésirable doit donc être capable de cerner cette origine, et de mettre en place des techniques d’apprentissage adaptées à celle-ci, ainsi qu’à chaque cas, chaque animal et chaque maître. Cela relève des compétences de l’Etho-Psycho-Comportementaliste, qui est formé pour une telle prise en charge.

…plutôt qu’un éducateur canin ?

L’éducateur canin, ou dresseur, applique des techniques de dressage dont le but est de faciliter l’intégration du chien dans notre société humaine par l’apprentissage de différents ordres. Le rôle de l’éducateur canin n’est pas de trouver pourquoi un animal développe un “problème de comportement”, ceci est le rôle du comportementaliste animalier. Face à des « problèmes comportementaux » tels que des aboiements intempestifs, de l’agressivité, des phobies, malpropretés ou autres, la cause doit être décelée et prise en charge afin d’obtenir une extinction définitive des comportements indésirables. Face à un “problème de comportement”, il convient alors de faire appel en premier lieu à un comportementaliste animalier qui rétablira l’harmonie au sein de la relation maître-animal en allant à la source du problème et en prenant en considération l’histoire et les besoins du chien. Ensuite, des séances d’éducation canine pourront être mises en oeuvre pour apprendre au chien des actes bien précis tels que la position assise sur ordre, la position couchée sur ordre, etc…

Complémentarité avec les praticiens de la santé animale

Avant la prise en charge, par le comportementaliste animalier, des familles propriétaires d’un animal présentant un comportement indésirable, il est demandé à ces dernières de s’assurer que l’origine du problème du chien ou du chat ne soit pas organique.